ETF obligataires VS obligations

Bonjour les amis. Cela fait un moment que quelque chose que je perçois comme une incohérence me trotte dans la tête et je souhaite vous faire part de mon opinion:

-Les obligations: Pour ceux qui trouvent cet actif obscur, il s’agit simplement d’un emprunt à taux fixe. Ce dernier peut être émis par des entités comme des entreprises ou des états. Points très importants, le taux d’intérêt (appelé coupon) est fixe, de plus, la dette en question a une date de début et une date de fin. Généralement, si vous prêtez votre argent à une entité fiable (comme l’états français par exemple) et que vous conservez votre obligation jusqu’à son terme, vous récupérez l’intégralité de votre capital, et ce, peu importe les variations du cours que l’obligation a vécues. Capital auquel s’ajoutent les coupons que vous avez perçus.

-Les ETF obligataires: Au même titre que les ETF classiques, ces derniers sont des paniers d’obligations de maturités différentes, de dates de fin différentes. Cependant, dès qu’une ou des obligations de l’ETF arrivent à leur terme. l’ETF en question rachète automatiquement de nouvelles obligations afin de créer un investissement long terme qui se comporterait comme un ETF actions.

ET c’est là (pour moi) tout le problème des ETF obligataires, qui, (tels qu’ils sont construits actuellement) ne fonctionnent pas DU TOUT comme des obligations. Le principe d’une obligation est de sécuriser son capital et de toucher un coupon à taux fixe, et peu importe les variations de cours, de récupérer tout son capital investi une fois arrivé au terme. Les ETF obligataires en revanche, n’ayant pas de date d’expiration ne sécurisent pas le capital investi puisq’ils rachetent sans cesse de nouvelles obligations et ce, peu importe que le moment soit opportun ou pas.

Par exemple, en ce moment il est possible d’acheter des obligations fançaises avec un coupon de 6%, une date d’expiration connue (2025/2032…etc) Si j’achète une obligation en direct (et en euro) je vais pouvoir: Me protéger du risque de change, toucher un coupon très élevé à taux fixe, sécuriser mon capital, et si jamais les taux baissent, mon obligation verra sans doute son cours augmenter. Ceci me donnerait une fenêtre de tir pour éventuellement revendre l’obligation avant son terme et réaliser une plus value.

Pourquoi irai-je investir sur des ETF obligataires alors que j’ai la sensation que ces derniers sont en fait des faux produits conçus pour faire croire au gens qu’ils sont diversifiés?

Question qui m’interesse. J’attends de lire des avis plus pointu.

J’y vois deux interets :

  • la disversification dans les obligations car prendre un etf c’est prendre un peu de plusieurs obligations et limite en partie les problemes si une entitĂ© etait defaillante.
  • le renouvellement automatique des obligations. C’est comme entre etf et actions, dans un cas tu es beaucoup plus passif que dans l’autre.
1 « J'aime »

Certes, le produit est passif et renouvelle tout seul ses obligations. Néanmoins, je préfère acheter des obligations d’état en direct, car soyons honnêtes, le risque de défaut de remboursement sur des obligations françaises est faible. Mais tu as raison: attendons d’avoir des avis plus pointus.

Comment achète tu une obligation d état en direct ? Je suis curieux il me semblait que c était restreint aux fonds et institutions.

Sur un courtier comme Interactive Brokers il est tout à fait possible pour un particulier d’acheter des obligations si on demande les autorisations pour négocier des contrats.

Ensuite il suffit d’aller dans le tracker d’obligations et de sélectionner des obligations non US et de sélectionner France par exemple, et le taux de coupon désiré.

2 « J'aime »

Je rappelle ici que des millions de français détiennent des obligations d’état bien souvent sans le savoir vraiment, via les fonds euros des assurances vie.

2 « J'aime »

Je te rappelle quand même qui gère les finances du pays …

2 « J'aime »

Mdr oui, ce bon Bruno Lemaire qui était censé mettre l’économie Russe à genoux, mais qui a malencontreusement ciblé la France.

2 « J'aime »