BFM Bourse: Kering : Les marques de luxe ont de plus en plus de mal à justifier la flambée des prix, et la Bourse s'inquiète

1 « J'aime »

je pense que la bourse s’inquiète a tord.
le luxe connait lui aussi des cycles selon le comportement générale de l’économie, mais le principe meme du luxe est de peu vendre et créer de l’envie. c’est souvent dans les moments un peu plus difficile que les produits exceptionnels sortent.

En ce sens, il faut retirer Kering en l’état actuel. a voir ce que deviendra Gucci et comment vont ce créer les « nouveaux secteurs » que sont la cosmétique et la parfumerie.

1 « J'aime »

Je pense sincèrement que les marques qui baissent leur prix c’est un aveu de faiblesse.
Ils pourront justifier cela comme ils veulent (analyste ou direction), mais si les prix baissent, c’est que la desirabilite baisse !

3 « J'aime »

Moi je fais un distinguo entre le luxe, l’hyper luxe, et les cosmétique/parfums. L’hyper luxe traverse les périodes de crises sans trop de mal, car les gens ultra riches achèteront toujours des Ferrari (le risque c’est plutôt de savoir si les VE signés Ferrari trouveront preneurs…) des Philippe Paquet, ou des Birkin. Le luxe ça touche une classe supérieure qui commence à réfléchir sur le devenir de leur pépettes. Je veux dire par là que les ultra riches ont leur patrimoine et richesse placés partout dans le monde…là où il faut, alors les classes supérieures sont scotchées en France pour ne citer que notre pays. Le mec qui émarge à 10/15k euros par mois, client habituel du luxe, peut pas tricher ou se barrer pour planquer son fric, sans parler des potentielles augmentations de taxes, ISF……Apres les cosmétiques, parfums, c’est encore différent. La clientèle est beaucoup plus large et les femmes auront toujours besoin de produits de beauté, maquillage…même les femmes de gauche….enfin c’est mon avis.

j’ai du mal m’exprimé car c’est ce que je viens de dire. enfin il me semblait l’avoir dit comme ça, apparemment non :frowning:

une nuance ? oui une.
il n’y a pas d’hyper luxe vs luxe.
il y a le luxe, et c’est tout, dans le cas contraire on entre dans des produits de « consommation », consommation qui est le problème de kering qui a plus regarder la quantité que la rareté et c’est donc écarté de cette esprit luxe.