Les options, covered calls, wheel strategy

Les options et la wheel strategy (stratégie de la roue)

J’ai le plaisir d’inaugurer ce sujet sur un produit dérivé en bourse : les options.

On entend parler de certaines stratégies utilisées par les traders américains et notamment de la stratégie de la roue (wheel strategy). Peut-on vraiment l’utiliser pour se dégager un revenu supplémentaire aux potentielles plus-values et dividendes ?

AVERTISSEMENT : les options sont un produit dérivé COMPLEXE (avec un potentiel effet de levier), qui nécessite un apprentissage. Il est primordial de creuser le sujet et de s’y former correctement, voir d’utiliser un certain temps un compte de démonstration. C’est un outil qui n’est pas adapté aux débutants en bourse. En aucun cas je ne recommande son utilisation, étant moi même en train de m’y former.

Qu’est-ce que cette stratégie ?

La stratégie de la roue fonctionne en 2 temps.

1er temps de la stratégie de la roue (vendre une option PUT)

Dans cette 1ère partie de la stratégie, nous vendons une option PUT sur une action. Une option a forcément une date d’expiration et un prix d’exécution (« strike price »).

Lorsque la date d’expiration arrive (souvent à la fermeture hebdomadaire des marchés le vendredi soir aux USA), 2 cas de figure :

  • le prix de l’action est au dessus du prix d’exĂ©cution de l’option : rien ne se passe, le contrat expire.
  • le prix de l’action est en dessous du prix d’exĂ©cution de l’option : vous devez acheter 100 actions, non pas au prix actuel de l’action mais au prix d’exĂ©cution de l’option.

Jusqu’à maintenant, j’espère que vous suivez. Mais pourquoi donc vendre de tels contrats ? C’est là que cela devient intéressant : en vendant ces contrats, vous touchez une « prime » en cash.

Exemples :

  • Le prix de l’action ZORB est Ă  150$ le lundi. Vous vendez une option pour le vendredi suivant avec comme prix d’exĂ©cution 148$. Vous empochez une prime en cash pour avoir vendu cette option.
    Le vendredi suivant à la fermeture des marchés, l’action est à 151$. Le contrat expire, le prix actuel de l’action est au dessus du prix d’exécution, il ne se passe rien d’autre.

  • Le prix de l’action TOK est Ă  100$. Vous vendez une option pour le vendredi suivant avec comme prix d’exĂ©cution 98$. Vous empochez une prime en cash pour avoir vendu l’option.
    Le vendredi suivant à la fermeture des marchés, l’action est à 97$. Vous êtes « assigné » et vous devez acheter 100 actions TOK à votre prix d’exécution de 98$.

=> Dans la stratégie de la roue, on répète ce 1er temps jusqu’à ce que l’on soit « assigné » et que l’on doive acheter 100 actions de l’entreprise. Une fois que cela arrive, on passe au second temps de la stratégie : vendre une option CALL.

2eme temps de la stratégie de la roue (vendre une option CALL)

Si vous avez bien compris le 1er temps, vous pouvez voir le second temps comme un mirroir parfait : cette fois-ci, vous ne vous engagez pas à acheter 100 actions si le prix de l’action est en dessous du prix d’exécution MAIS à vendre 100 actions si le prix d’exécution est au dessus du prix d’exécution.

Vous avez 100 actions TOK.

  • Le lundi, l’action est Ă  97$, vous vendez une option CALL avec un prix d’exĂ©cution de 98$. Vous empochez une prime. Le vendredi soir suivant Ă  la fermeture des marchĂ©s US, l’action a encore un peu baissĂ© Ă  96$, l’option expire et rien d’autre ne se passe.

  • Le lundi suivant, l’action est Ă  96$, vous vendez Ă  nouveau une option CALL avec un prix d’exĂ©cution de 98$. Vous empochez une prime. Le vendredi soir suivant Ă  la fermeture des marchĂ©s US, l’action a augmentĂ© Ă  99$, vous devez vendre alors 100 actions Ă  98$.

=> Dans la stratégie de la roue, on répète ce second temps (vendre des CALLs) jusqu’à vendre les 100 actions, puis on repart au 1er temps (vendre des PUTs), et ainsi de suite…

Quels sont les pré-requis ?

  • Il semble nĂ©cessaire d’effectuer cette stratĂ©gie sur des actions d’entreprises dont vous croyez au potentiel sur le long-terme. En effet, vous pouvez ĂŞtre assignĂ© Ă  acheter 100 actions de cette entreprise. Qui voudrait ĂŞtre forcĂ© Ă  l’achat de 100 actions d’une entreprise sans aucun intĂ©rĂŞt ?

  • Il faut utiliser un courtier qui permette ce genre de contrats (options) et cela est possible sur un compte titre (oubliez le PEA).

  • Le risque semble « maĂ®trisé » car connu Ă  l’avance : dans le pire des cas vous devrez acheter 100 actions Ă  un prix prĂ©vu Ă  l’avance, ou bien vendre 100 actions Ă  un prix aussi prĂ©vu Ă  l’avance. Mais bien sĂ»r cela nĂ©cessite d’avoir le collatĂ©ral : donc assez en cash pour acheter 100 actions ou bien d’avoir en sa possession 100 actions. Donc Ă  moins d’avoir des dizaines/centaines de milliers d’euros, oubliez les options sur Tesla ou Amazon :smiley: .

  • Toutes les entreprises ne sont pas forcĂ©ment de bonnes candidates pour le trading d’options. Cela nĂ©cessite une analyse prĂ©alable du marchĂ©.

Quels sont les inconvénients ?

L’inconvénient principal semble :

  • de devoir acheter 100 actions Ă  un prix supĂ©rieur Ă  celui du marchĂ© (dans le cas de la vente d’une option PUT qui expire en dessous du prix d’exĂ©cution),

  • ou bien de devoir vendre 100 actions Ă  un prix infĂ©rieur Ă  celui du marchĂ© (dans le cas de la vente d’une option CALL qui expire au dessus du prix d’exĂ©cution).

Quels sont les avantages ?

  • Le risque semble maĂ®trisĂ© (en dehors d’une potentielle erreur humaine lors de la crĂ©ation du contrat), car vous connaissez Ă  l’avance tous les paramètres, y compris le montant de la prime.

  • Le montant de la prime est versĂ© immĂ©diatement en cash lors de la crĂ©ation du contrat. C’est quelque chose d’assez intĂ©ressant car avec le trading, on a plutĂ´t l’habitude d’attendre la fermeture du contrat ou la revente de son actif pour dĂ©gager la plus-value.

  • Lorsque vous rĂ©alisez des ventes de CALLs (seconde partie de la roue) et que vous dĂ©tenez les 100 actions (ou plus), vous continuez bien sĂ»r de toucher les dividendes de ces actions… Donc la vente de CALLs peut ĂŞtre une stratĂ©gie de revenus additionnels aux dividendes sur les entreprises que vous dĂ©tenez.

  • Une stratĂ©gie classique d’achat/vente et de plus-values ne rapporte pas grand chose lorsque les marchĂ©s sont calmes. Par contre les 2 parties de la wheel strategy peuvent potentiellement faire gagner de l’argent (grâce aux primes) lorsque l’action ou les marchĂ©s sont plutĂ´t calmes (ou en range).

  • Au fur et Ă  mesure de l’expĂ©rience gagnĂ©e en trading d’options, certains investisseurs prĂ©fèrent se concentrer sur une seule partie de la roue (plutĂ´t que les deux). On trouve par exemple des investisseurs qui se concentrent uniquement sur la seconde partie de la roue (vente de CALLs). Comme d’habitude : tout le monde dĂ©veloppe ses propres prĂ©fĂ©rences…

6 « J'aime »

Pour aller plus loin en vidéo :

3 « J'aime »

Merci @nicolas.blanco, je suis entrain de m’auto-former et je devrais me lancer là-dessus le mois prochain pour expérimenter :nerd_face:

Je vois ça comme une opportunité de faire un peu plus d’argent avec des actions auxquels je crois à long termes :slightly_smiling_face:

l’idéal pour moi qui ne connait rien sur les options :
une vidéo résumée stratégie sur 7 jours-1 mois avec un montant de départ ,je pense mini 1000…achats ventes réel avec un suivi googlesheets par exemple…
Un vote s’impose :yum:

1000 achats ? En sachant qu’habituellement on fait 1/2 options max. par semaine par compte, ca ferait entre 500 et 1000 semaines :smiley: ?

1 « J'aime »

Comment se négocie le montant de la prime et le prix d’exécution ?

Je trouve la stratégie intéressante, je me demande bien combien on peut espérer obtenir avec la prime.

Dommage que ça se négocie par centaines… c’est une barrière à l’entrée importante. Faut immobiliser 5k€ pour une action avec un put à 50€ Par exemple. Pour quelle prime?

Je vois ça comme un moyen de prendre des primes en attendant un prix d’achat convenable sur une action surévaluée.
Ça me parait trop simple même si je vois bien les risques, on peut tester ce genre de produit ou?